Danièle CARON 

1948  Hesdin (FR)

Photo © Jacques Robert

For many months Danièle could not even take up a pencil. An abyss beckoned her constantly, and she was close to giving up altogether. Little by little, with a sympathetic ear, plenty of patience and at times firmness, the entire educational team, the doctors and the psychologists helped Danièle to make a comeback, to see light at the end of the tunnel. She took up her pencil again and finally came out of the trial even stronger in creativity and more intense in her graphic vocabulary. But we are well aware that Danièle is a fragile person.

(Bruno Gérard, Débridé(e)s, Ed. Centre La Pommeraie, Ellignies-Sainte-Anne, 2008 – Prix Fondation Désidé Jaumain)

Soucieuse de bien faire, angoissée du regard que les autres portent sur elle, Danièle retranscrit cet état dans son travail ; l’œil est omniprésent sur toute la surface du dessin. (…) Animaux recomposés, elle invente un monde animalier très personnel où la seule représentation humaine est cet œil « inquisiteur ».

Bruno Gérard, animateur de l’atelier dessin du Centre La Pommeraie
(Bruno Gérard, « Danièle Caron », in : 25 artistes de La Pommeraie, Ed. Centre La Pommeraie, Ellignies-Sainte-Anne, 2000)

[Aujourd’hui], de temps à autre, Danièle sort faire des croquis dans les alentours [de l’atelier]. Ses productions sont ainsi soit purement issues de son imagination, soit inspirées par l’environnement, mais toujours en relation avec sa famille.

Jacky Legge, animateur socio-culturel à la maison de la culture de Tournai
(Jacky Legge, in : Emergence, Ed. Centre La Pommeraie / Maison de la Culture de Tournai, Ellignies-Saint-Anne / Tournai, 2015)

Mises en aplat avec le pastel gras, cernées de noir, les couleurs vives, chatoyantes, ont leurs propres autonomies. Lorsqu’elle travaille, Danièle tourne sa feuille ; est-ce par facilité ? Ou par exigence ? Ceci nous oblige à adopter un sens de lecture qui peut toujours être remis en question

Bruno Gérard, animateur de l’atelier dessin du Centre La Pommeraie
(Bruno Gérard, « Danièle Caron », in : Visions et créations dissidentes, Musée de la Création Franche, Bègles, 2008)

Après avoir tracé la structure du dessin au fin trait noir, Danièle s’attaque au coloriage avec ses pastels gras. Elle est très appliquée et arrive à créer des surfaces homogènes, ce qui lui demande de la force dans la main, de la constance et du soin. Elle remplira toute la feuille, avec un beau sens des couleurs, alors qu’elle n’a aucune idée préconçue sur leur agencement. Elle puise ainsi successivement dans sa boite.

Jacky Legge, animateur socio-culturel à la maison de la culture de Tournai
(Jacky Legge, in : Emergence, Ed. Centre La Pommeraie / Maison de la Culture de Tournai, Ellignies-Saint-Anne / Tournai, 2015)