Maurice BRUNSWICK

1960  Roubaix (FR)

Photo © Jacques Robert

Tel Sherlock Holmes, Maurice scrute, avec sa loupe, les maisons qu’il dessine avec le même professionnalisme que s’il réalisait une enquête. Chaque brique, chaque joint, chaque brin d’herbe, sont analysés avec précision. Les murs transpirent de leur vécu, Maurice s’emploie à nous les restituer. Avis aux amateurs ! Mais attention il faut s’armer de patience, car un dessin lui demande plusieurs mois de travail.

(Bruno Gérard, Débridé(e)s, Ed. Centre La Pommeraie, Ellignies-Sainte-Anne, 2008 – Prix Fondation Désidé Jaumain)

Pendant des années, Maurice a livré le pain à bicyclette dans toute la région. Il connaît toutes les maisons, les personnes qui y habitent et toutes les petites histoires de villages. Il est un fait que lorsqu’on aborde ce sujet avec Maurice, son œil s’éclaire. Je lui ai donc proposé d’aller faire des photos des maisons (…) et de les représenter sur sa feuille. Ce fut le déclic. Maurice va bien au-delà de la simple représentation objective, il peint ces maisons avec l’âme, l’histoire de ses habitants ; le moindre détail est pour Maurice une nourriture incomparable. Il peint ce qu’il sait de la maison même si la photo ne le montre pas. (…) L’important ce n’est pas ce que l’œil voit, mais ce que la mémoire a retenu. (…) Les couleurs, elles aussi incarnent des souvenirs. Il n’hésite pas à modifier les tons de la photo pour retrouver les couleurs originelles.

Bruno Gérard, animateur de l’atelier dessin du Centre La Pommeraie

(Bruno Gérard, « Maurice Brunswick », in : 25 artistes de La Pommeraie, Ed. Centre La Pommeraie, Ellignies-Sainte-Anne, 2000)