Louis POULAIN 

1964  Courcelles-lès-Lens (FR)

 

Photo © Jacques Robert

Louis Poulain, bien que les années commencent à se faire sentir, est une personne robuste. Très intelligent, une sensibilité à fleur de peau, c’est la maladie et sa convalescence assez longue qui l’ont amené à l’atelier (dessin de La Pommeraie). Au début pas très motivé, il griffonnait pour me faire plaisir et pour passer le temps. Je ne sais pas pourquoi mais je ressentais quelque chose face à ses dessins et je l’ennuyais pour qu’il persévère. Cela a duré 19 ans pour que Louis découvre exactement ce qu’il voulait dire et comment il allait le dire. L’architecture, la cité sont importantes dans son œuvre, espace habité par des oiseaux multicolores et des humains aux multiples facettes. Les thèmes qu’il aborde sont variés : la grève, le marché, la kermesse, la guerre… Il peut répondre à des commandes. Ainsi il a réalisé la dernière affiche du « Palais idéal » du Facteur Cheval. Aujourd’hui, il travaille exclusivement la peinture acrylique sur de grandes feuilles de carton. Ayant pris possession de sa création, il travaille indifféremment dans sa chambre ou à l’atelier. 

(Bruno Gérard, « Louis Poulain », in : Trouble pictural. Saison 2, Maison Folie Le Colysée de Lambersart, Edition Centre La Pommeraie, Ellignies-Sainte-Anne, 2014)

 

Une grande composition réalisée par étapes successives, comme un roman avec ses chapitres. 
Jacky Legge, coordinateur des expositions à la maison de la culture de Tournai
(Jacky Legge, in : Emergence, Ed. Centre La Pommeraie / Maison de la Culture de Tournai, Ellignies-Saint-Anne / Tournai, 2015)

Dans ses premières productions, il dessine des maisons à l’architecture sans grand intérêt plastique, stéréotypées, mais situées de manière particulière dans l’espace. Il utilise de grands aplats de couleur, et représente ainsi des espaces immobiles où le temps n’a plus d’importance. (…) Ensuite, les maisons se superposent les unes aux autres pour remplir l’espace de sa feuille. L’homme domine la nature (…), construisant anarchiquement là où il trouve un peu d’espace.
Bruno Gérard, animateur de l’atelier dessin du Centre La Pommeraie
(Bruno Gérard, « Louis Poulain », in : 25 artistes de La Pommeraie, Ed. Centre La Pommeraie, Ellignies-Sainte-Anne, 2000)