Jean-Jacques BONNIER 

1963 Ath (BE)

 

Photo © Jacques Robert

 Il traîne derrière lui une continuelle bonne humeur mais qui semble, parfois, peser comme un fardeau. Son dessin est à cette image! A la première lecture, nous contemplons les couleurs vives, ses séries de personnages qui semblent tout à fait sereins! Sérénité illusoire, la réalité est plus complexe ! On sent que chacun de ses personnages est marqué par la vie, des cicatrices apparaissent, parfois les regards sont vides, le ciel est rarement limpide, le bleu est électrique. Non, le monde de Jean-Jacques n’est pas un long fleuve tranquille.

(Bruno Gérard, Débridé(e)s, Ed. Centre La Pommeraie, Ellignies-Sainte-Anne, 2008 – Prix Fondation Désidé Jaumain)

C’est un regard de bonté, un regard qui vous dépouille de tout, un regard qui vous met à nu (…) Vous n’êtes rien, plus rien face à un tel regard. Non, pas rien, vous ne valez ni plus, ni moins que ce que vous êtes. Un miroir spirituel (…).
Gérard Preszow, cinéaste et animateur culturel
(Gérard Preszow, « La Bonté mélancolique », in : Appel Group, Edition Centre La Pommeraie, Ellignies-Sainte-Anne)