Christelle HAWKALUK 

1975 Campagne-Les-Hesdin (FR)  –  2011 Tournai (BE)

Photo © Jacques Robert

Christelle nous dévoile petit à petit un monde complexe où la femme est la reine et l’homme en arrière plan, tout petit, caché. Rêve de petite fille, rêve de femme, la mariée est somptueuse, naviguant dans un espace mangé par la végétation ou l’architecture. Là aussi le témoignage est fort, la couleur superficielle ou secondaire, Christelle va à l’essentiel et nous offre, caril s’agit bien de cela, avec un crayon gris et beaucoup de simplicité, tous les fantasmes qui l’habitent.

(Bruno Gérard, Débridé(e)s, Ed. Centre La Pommeraie, Ellignies-Sainte-Anne, 2008 – Prix Fondation Désidé Jaumain)

 

Christelle a peu participé à l’atelier, le cancer en ayant décidé ainsi. Elle se révéla rapidement une bonne dessinatrice au crayon ; surtout quand elle se contentait du crayon noir. Deux grands thèmes revenaient régulièrement, les maternités et les paysages. Pour le premier, elle s’inspirait de reproductions de la Vierge à l’Enfant, thème par excellence de la peinture de la Renaissance. Les paysages naissaient, eux, de son imaginaire. Il s’agissait de « sites montagneux des anciens pays de l’Est où elle ne s’est jamais rendue », continue à s’étonner Bruno. (…)

Quel que soit le dessin, y apparaissaient une ou plusieurs colombes tenant dans leur bec une enveloppe avec des cœurs. Des petits cœurs étaient par ailleurs omniprésents et constellaient les compositions. Christelle était amoureuse de l’amour. Elle aurait voulu se marier, avoir des enfants. La création de Christelle attire par sa composition générale, mais aussi par des détails qui fourmillent. Quand elle avait dessiné les motifs principaux, Christelle ajoutait des branches fleuries, des plantes, des escargots, des chenilles. Ces motifs comblaient les espaces vierges du dessin. C’étaient aussi des bougies ou des ampoules qui suggéraient des lumières intérieures. (…) Christelle voyageait, sans doute, voyageait dans ses désirs de femme, voyageait dans ses paysages intérieurs.

 Jacky Legge, coordinateur des expositions à la maison de la culture de Tournai
(Jacky Legge, in : Emergence, Ed. Centre La Pommeraie / Maison de la Culture de Tournai, Ellignies-Saint-Anne / Tournai, 2015)