Annie VAIRON 

1961 Jemappes (BE) 

 Annie Vairon. Qui aurait pensé que ce « petit bout de femme » ferait une œuvre aussi colossale ? Colossale par la grandeur de ses sculptures, bien plus grandes qu’elle. Colossale par la qualité de son travail, la sureté de ses coups de gouge qui ne permettent pas un retour en arrière. Souriante, avenante, elle sait exactement ce qu’elle veut lorsqu’elle commence à sculpter, elle maîtrise son message. Sur base d’un dessin qu’elle a fait au préalable, Annie choisit avec soin les bois qu’elle va travailler au fil des semaines, parfois des mois, sans se laisser distraire, elle sculpte, elle frappe la gouge qui pénètre le bois, enlève la matière. La grande intelligence d’Annie est qu’elle peut laisser de grandes surfaces lisses, respectant totalement le matériau. Mlle Vairon ainsi que le Home André Livémont ont fait une donation de quelques sculptures à la Fondation Paul Duhem. 

Bruno Gérard, 2017

Portrait d’artiste

Annie Vairon est tout menue, pourtant elle aime sculpter en grand. 

Pendant deux ou trois heures d’affilée, elle taille avec vigueur les bois durs, tels le chêne, par exemple. (…) Elle peut concevoir une oeuvre constituée de plusieurs pièces qu’elle assemble, ensuite. 

(Jacky Legge, « Annie-la-menue aux projets géants », in : Cell’Art Group, Edition Home André Livémont, Aubechies, 2009)